Deauvile-Trouville Derniers jours et bilan d’une très belle aventure

Après les projections et rencontres des deux premiers jours, mes aventures festivalières à Deauville et Trouville se sont poursuivies pendant encore trois jours, du lundi au mercredi.

Le premier jour, j’ai consacré ma matinée à l’écriture d’articles et au retrait de tickets pour la présentation du film The Secret en avant première le soir. Jusqu’à maintenant, je n’avais que très peu profité des avantages d’être en borde de mer, j’ai donc enchainé avec un déjeuner « fruits de mers » sur les planches.

L’après midi, je suis retourné à Trouville pour assister à la séance de Canal + dans le cadre du marché du film. Brigitte Pardo, responsable des acquisitions de court métrage, y a présenté le fonctionnement de son unité et le type de films recherchés. Pour ceux que cela intéresse, il s’agit majoritairement de films produits et beaucoup d’animation. Le soir je suis donc allé voir The secret, le nouveau film de Pascal Laugier, que j’ai beaucoup aimé.

Le mardi a été peu chargé. Mais j’ai eu le plaisir de faire quelque chose que je n’avais jamais fait jusqu’alors : Interviewer, pendant près d’une heure, le réalisateur Pascal Laugier, pour parler de The Secret mais aussi de sa manière de voir le cinéma. Une conversation vraiment passionnante dont vous pouvez retrouver un extrait sur le blog. J’ai ensuite consacré une bonne partie de la journée à retranscrire cette interview avant d’assister, dans le cadre du festival de Trouville, à la séance de Movieola, un distributeur de courts métrages canadien. Cela a été l’occasion pour moi de découvrir quelques courts métrages tournés de l’autre coté de l’Atlantique. Enfin, le soir, j’ai tranquillement découvert 7 autres films français en lice pour la compétition au festival de Trouville.

Le dernier jour a lui aussi commencé par une expérience inédite pour moi. Le marché du film de Trouville proposait en effet de participer à des sessions de Script-doctoring avec Roland Ngyuen, responsable du court métrage à France 3 pendant plus de vingt ans ! Si plusieurs conseils m’ont paru intéressant et susceptibles d’enrichir mon film, je regrette une méthode peu développée et une approche simpliste de l’échange : Pas de question au début de la rencontre pour en savoir plus sur les intentions de l’auteur mais tout de suite un point de vue, pas forcément juste, sur celles-ci. Cela amène forcément à des remarques parfois hors de propos. Il n’en demeure que le contenu des remarques est intéressant. De plus, Roland propose de poursuivre cet échange par la suite dans le cadre d’un chat en ligne. Le réalisateur ayant participé à la session de script-doctoring pourra lui envoyer son scénario retravaillé et de nouveau échanger avec lui à ce sujet.

L’après midi, j’ai enchainé avec deux séances de producteurs et distributeurs de courts métrages qui m’ont permis de découvrir encore d’autres films de qualité. Le soir a eu lieu la deuxième projection de Paris in Love dans le cadre du festival de Trouville. Cette projection concluait mon séjour sur ses deux festivals car je devais rentrer sur Paris le lendemain matin. Les festivals, eu allaient continuer pendant encore quelques jours et livre chacun leurs Palmarès, que vous trouverez ci-dessous.

Palmarès du 38e festival de cinéma américain de Deauville

GRAND PRIX
LES BÊTES DU SUD SAUVAGE (Beasts of the Southern Wild)  de Benh ZEITLIN

les-betes-du-sud-sauvage

PRIX DU JURY
UNA NOCHE de Lucy MULLOY

PRIX DE LA RÉVÉLATION CARTIER
LES BÊTES DU SUD SAUVAGE (Beasts of the Southern Wild)  de Benh ZEITLIN

PRIX DE LA CRITIQUE INTERNATIONALE
THE WE AND THE I de Michel GONDRY


Palmarès du 13e festival Off-Courts de Trouville

Le prix du Public de la Ville de Trouville-sur-Mer : Tennis Elbow de Vital Philippot
7 500 € pour réaliser un film qui ouvrira l’édition 2013 du festival.

Le prix du Public du casino Barrière : Première neige de Michaël Lalancette
1 500 €  pour un film québécois.

Le prix de la région Basse-Normandie : Les meutes de Manuel Schapira
3 000 € pour un film français – Prix spécial du jury.

Le prix Le Central : Le Chevreuil de Rémi St-Michel
1 500 € pour un film québécois – Prix spécial du jury.

Le prix Spirafilm : Mikka d’Alexandre Carrière
10 000 $ en location d’équipement pour un réalisateur québécois.

Le prix Office franco-québécois pour la jeunesse : Lapse de Gilles Guerraz
500 € + un voyage professionnel au Québec pour un réalisateur français.

Le prix de la critique : Bigshot de Maurice Huvelin

Le prix UniFrance films / RTP2 onda courta : nouveau prix de l’année : Vends chien qui parle, 10 euros
Sous-titrage d’un film français pour une valeur de 1 500 € + un achat RTP2.

marche-du-film-de-trouville

About author View all posts Author website

Christopher Guyon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *