Category - Livres

Avis du livre La mise en scène de Mark Travis

realiser un film

livre sur la realisationLa réalisation de film, ce n’est pas seulement (voir pas du tout) savoir se servir d’une caméra. La mise en scène, déjà, débute bien avant le tournage, et se propage au-delà de celui-ci. Dans son livre best-seller La mise en scène, le réalisateur et consultant présente ce qui fait l’essence du métier, mais aussi tout ce que l’on n’imagine pas forcément avant de devenir réalisateur, le tout avec de nombreuses anecdotes basées sur plusieurs décennies à travailler sur les plateaux de tournage de nombreux films.

De quoi ça parle ?

Cet ouvrage explique de manière très détaillée, chaque étape du travail du metteur en scène jusqu’à la sortie d’un film.

Lorsque le metteur en scène tourne son film, il a derrière lui plusieurs mois de travail intensif avec une multitude d’intervenants : scénariste, producteur, acteurs, décorateur, directeur de la photo, ingénieur du son, compositeur, premier assistant, costumier, spécialiste des effets spéciaux, directeurs de casting…

Cet ouvrage s’appuie sur de nombreux exemples pour expliquer le parcours du metteur en scène, du jour où il s’intéresse à un projet jusqu’à la sortie de la première copie d’un film.

Il définit les différentes façons d’établir des relations étroites entre les membres de l’équipe, et insiste sur le travail avant le tournage avec les comédiens pour créer une entité narrative puissante.

L’auteur, un réalisateur confirmécoaching realisateur

Mark Travis a fait des études de théâtre et assuré la mise en scène de nombreuses pièces primées avant de poursuivre sa carrière à la télévision et au cinéma. Il a ensuite développé son activité de consulting, pour laquelle il vient en aide et apporte son expérience à quelques uns des plus grands réalisateurs hollywoodiens.

La mise en scène de A à Z

Le livre de plus de 300 pages, contrairement à d’autres œuvres sur le sujet, se veut dense et complet. Il faut attendre plus de 200 pages pour aborder le chapitre lié au tournage. Avant cela, plus de 50 pages sont dédiées au scénario. L’idée n’est pas de faire en plus court ce que font déjà d’autres livres dédiées à l’écriture, mais bien d’étudier le rapport du réalisateur au scénario et aux scénaristes : quelle place accorder à ces derniers ? Quelles sont les forces et faiblesses du scénario ? Comment aborder le travail de réécriture ?

Après cela, d’autre étapes préalables au tournage sont abordées avec précision, expérience et de nombreux exemples de films cultes à l’appui : Découpage technique, équipe artistiques, casting, répétitions… C’est l’un des rares livres sur la mise en scène qui accorde autant de pages au travail avec les acteurs et c’est passionnant et très instructif.

Arrivent ensuite deux grosses parties dédiées au tournage et à la post-production. Dans la première, l’auteur fait le point sur les différents plans, le travail sur le plateau, la résolution de problèmes (et soyons franc, tous les tournages rencontrent des problèmes, c’est la manière de les gérer et les solutions apportées qui sauveront le film… ou pas), l’improvisation, le traitement des rushs… La deuxième partie aborde le montage, le travail avec le monteur, les sons… Comme évoqué plus haut, vraiment tous les étapes sont au rendez-vous et cela donne une vision claire et précise du métier de réalisateur.

Enfin, le dernier chapitre est peut-être celui qui fait passer La mise en scène de très bon bouquin à petite perle : il propose un regard différent sur la réalisation, aborde les obstacles et contraintes en toute franchise et s’interroge sur le métier sans toujours y apporter des réponses claires, peut-être tout simplement car il existe parfois des zones d’ombres, et même différents métiers de réalisateurs selon le type de productions.

En savoir plus

realiser un film

Quelques extraits du livre

« Il est important de comprendre et d’accepter le fait que les scénaristes et les metteurs en scène voient le travail (le scénario, l’histoire) d’un point de vue très différent. Les outils du scénariste s’expriment par le langage. {…} Les outils du réalisateur sont plus interactifs et tridimensionnels. Le réalisateur développe des émotions et des relations à différents niveaux. »

« Au début, quand vous prenez un acteur pour un rôle, il y a une séparation totale entre cet acteur et le personnage. Il y a une grande distance entre eux. Au cours des répétitions, du développement et de la création, ils vont se rapprocher de plus en plus pour finalement arriver à une unité au moment de la scène. Même si les deux ont fusionné, il y a toujours un degré de séparation significatif. »

« Grâce à une mise en scène appropriée, une scène médiocre peut être nettement améliorée. Mais vous pouvez aussi lui escamoter toute nuance. Une bonne mise en scène fait rejaillir la dynamique émotionnelle de la scène. »

« Quand vous remontez une scène, il se peut que vous ayez le sentiment que certains moments ou certains temps forts ne sont pas nécessaires. Un argument est peut-être répété trop souvent. Le jeu d’un acteur ajoute peut-être une autre dimension, rendant une réplique superflue. Une pensée, une idée ou une phrase gêne peut-être le déroulement de la scène, ou est mieux exprimée dans une autre scène. En d’autres termes, quand vous retravaillez la scène, vous allez avoir envie de réécrire la scène, de couper le dialogue et de déplacer des répliques. C’est bon signe. »

« Cessez de diriger. Cessez de dire aux acteurs ce que vous voulez ou même ce que vous imaginez. Commencez à poser des questions. Soyez naïf. Soyez innocent. Soyez prêt à être surpris ou défié. Soyez ouvert à l’expérience humaine. Posez des questions auxquelles vous n’avez pas les réponses. »

En conclusion

Ce livre, vous l’avez compris, est une franche réussite et il ne fera pas tâche dans votre collection. Vous apprendrez plein de choses, mais vous découvrirez aussi et surtout une approche différente. Si vous envisagez de réaliser un court métrage, nous vous recommandons également notre article Ecrire un court métrage.

Commander le livre

livre Les clés d’un scénario réussi : notre avis

ecrire sur ordinateur

livre sur le scenarioMême si ce n’est pas clairement indiqué dans le titre mais en sous titre, ce livre ne s’adresse pas qu’aux scénariste de fiction, mais aussi à ceux qui pourraient écrire des documentaires ou dans le cadre de spots publicitaires. Pour ceux qui seraient intéressé par l’écriture d’un court métrage plus spécifiquement, nous avons un article dédié sur le sujet ici.

De quoi ça parle ?

Destiné aux scénaristes en activité ou en apprentissage, cet ouvrage détaille comment réaliser un scénario efficace pour la fiction TV ou Cinéma (long-métrage), mais aussi pour le documentaire ou le film publicitaire.

Grâce à son approche méthodique, il aidera les scénaristes à adopter les bonnes techniques et à savoir vendre leur travail. Il aborde, en effet, point par point, les différentes étapes clés de la rédaction d’un scénario, de l’idée initiale jusqu’à la présentation du texte final au producteur, en passant par la recherche de documentation, le travail des personnages ou le développement de l’intrigue

Scénarios pour la fiction, la pub, le documentaire…

Le livre est plutôt court, 117 pages seulement pour aborder le scénario, de l’idée à la rédaction, C’est court. Surtout avec l’ambition d’aborder à la fois le scénario pour le cinéma, les séries TV, la publicité, le documentaire et le film institutionnel (ou « corporate »).

Forcément, le contenu s’en retrouve, d’une certaine manière, abordé superficiellement. Les auteurs ne vont pas forcément au fond des choses. Ils font par exemple référence à l’antiquité comme origine de la structure du scénario en introduction, mais ne rentrent jamais vraiment dans le sujet. En même temps, cela ne semble pas le but, à avec autant de médias et de types de scénarios à aborder, cela semble au final plutôt judicieux. « Les clés d’un scénario efficace » va à l’essentiel et se veut efficace.

En ce sens, le livre est plutôt réussi. La théorie est abordée, mais toujours de manière succincte, sans alourdir le contenu et complexifier. Surtout, cette théorie est toujours mise en parallèle avec des cas concrets, que ce soit ces films de fiction célèbres (L’exorciste ; Blade Runner…), des documentaires (Apocalyspe, la seconde guerre mondiale ; Super Size Me…), des films publicitaires…. Grâce à ces exemples, nous avons une vision plus précise et claire de ce que sont les notions abordées et de la façon de les aborder en fonction du type de film à réaliser. Le livre est divisé en trois grandes parties : La fiction, le documentaire, et la publicité. S’il est toujours intéressant d’enrichir ses connaissances en lisant toutes les parties, ce n’est pas forcément nécessaire. Si vous êtes uniquement intéressés par le film publicitaire, vous pouvez commencer directement par là, et vous ne serez pas perdus. En se sens, le livre est un outil réussi pour répondre à des problématiques précises.

En conclusion, c’est un livre parfaitement adapté aux personnes ayant une connaissance limitée de l’écriture du scénario et se retrouvant confrontés à cette problématique dans le cadre de leur travail. Que ce soit pour écrire vous-même un scénario ou pour comprendre la structure de celui qu’on vous présente, vous aurez les clés pour avancer dans cette démarche créative essentielle à la conception d’un film réussi. Si vous savez déjà que vous voulez vous tourner uniquement vers la rédaction de scénarios de courts ou longs métrages de fiction, vous pouvez peut-être vous orienter dès maintenant vers des livres dédiés à ce sujet.

ecrire un scenario

Quelques extraits

« Le scénario. Une vulgaire pile de feuilles noircies. Des mots et des phrases grossièrement construites, dénuées de nuances et de relief, qui racontent une histoire. Pauvre en détails descriptifs, dépourvu de sentiments, privé d’envolées lyriques propices à l’émotion, cet outil demeure un document technique générateur d’argent. »

« Le personnage impose au scénariste réflexion et organisation. Le fait de développer ses forces et faiblesses, de le mettre en action, de le faire s’exprimer et de le confronter à ses alliés et adversaires risque de vous éloigner de votre idée de départ le concernant. Gardez le cap sur sa quête donc, ainsi que sur l’ensemble des évènements qui vous y mèneront. »

« La question de la nécessité ou non d’un scénario en documentaire s’impose. Alors qu’il serait naturel de penser que le documentaire « classique » ou docufiction admet une étape franche de scénarisation, celui dit « vérité-direct » ne le devrait pas. »

« Le premier moment fort d’une production commerciale se déroule très souvent autour d’une table où scénariste, producteur et client se réunissent. A vous d’immédiatement comprendre la motivation de votre client. {…} Ainsi donc la priorité du scénariste publicitaire doit se placer dans les rencontres et échanges avec ses supérieurs et collaborateurs, avant le travail d’écriture en tant que tel. »

Commander le livre

Livre L’Assistant réalisateur : notre avis

livre Assistant realisateurL’Assistant réalisateur est un livre écrit par Jean-Philippe BLIME, et publié par L’éditeur DIXIT. L’auteur a travaillé durant plus de 20 ans sur les plateaux de tournages de films, dont 15 comme Assistant Réalisateur. Il est également l’un des membres fondateurs de l’Association Française des Assistants Réalisateurs (AFAR).

Introduction du livre

« Le cinéma est un art envoûtant et dangereux. Envoûtant puisqu’il attire à lui toutes les populations, les générations, les nationalités… Dangereux justement parce qu’il est envoûtant. Sous son influence, combien d’hommes d’affaires redoutables se sont-ils transformés en de fragiles apprentis ? Combien de gens sérieux se sont-ils changés en pitres ? Le cinéma fait perdre la raison. Mais la cause est bonne : on se souvient toute sa vie de l’heure et demie passée devant un bon film. {…} Certains de ces artisans travaillent dans la lumière, alors que pour d’autres, l’ombre convient mieux. C’est là, dans l’ombre, que l’on trouve l’assistant réalisateur… »

L’Assistant DU réalisateur ?

Le livre est plutôt complet. L’auteur explique le métier et ses contraintes sans rester dans la théorie pure. Il n’hésite pas à faire appel à son expérience personnelle d’assistant réalisateur sur de nombreux tournages en partageant de nombreuses anecdotes.

Il présente le métier d’Assistant Réalisateur comme un rôle clé pour le réalisateur, puisqu’il délaisse celui-ci de nombreuses tâches, mais aussi pour la majorité des personnes concernées par la création d’un film qui auront souvent à interagir avec lui, pour justement éviter de surcharger le réalisateur d’information et problèmes « secondaires ».

Selon Jean-Philippe BLIME, la fonction principale « d’assistant réalisateur est l’organisation du tournage d’un film. Cette organisation comprend deux phases distinctes : la préparation et le tournage. » D’une certaine manière, l’assistant réalisateur a plus de responsabilités sur le plateau que le réalisateur lui-même, en s’occupant de nombreux aspects du tournage, là ou le réalisateur doit pouvoir se focaliser sur la mise en scène et le travail avec les principaux acteurs sur leur interprétation lors des différentes séquences à tourner.

L’auteur insiste beaucoup sur le fait que le métier est celui d’Assistant réalisateur, et pas assistant DU réalisateur. L’assistant réalisateur ne rend pas de compte qu’au réalisateur mais aussi (et surtout ?) à la production, qui veut s’assurer que tout est en place sur le tournage et ne veut pas prendre de retard. Il rappelle également qu’il y a généralement plusieurs assistants réalisateurs. « La répartition du travail entre le premier assistant et son second est assez bien définie : on a compris que le premier assistant « colle » au plateau et au réalisateur. Le second est proche des comédiens, il fait avec la navette entre les loges et le plateau ». Ils sont souvent épaulés d’un stagiaire, venu apprendre le métier, qui les délaisse de certaines tâches tout au long de la journée.

L’assistant du réalisateur et ses interactions avec les autres métiers

En plus des missions spécifiques au métier d’Assistant réalisateur, l’auteur s’intéresse à différents métiers, de la pré-production à la post-production en passant par l’étape clé du tournage. Les métiers de régisseur, décorateur ou directeur de la production sont ainsi abordés tour à tour, pour comprendre leur rôle dans le processus de création du film et surtout leur rapport, leur relation avec l’assistant réalisateur.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, l’auteur s’intéresse plus concrètement aux différents documents qu’un Assistant réalisateur doit comprendre et utiliser pour appréhender les différentes facettes de son métier et être opérationnel sur le tournage. Sont évoqués tour à tour le scénario, le dépouillement, la continuité, la liste des séquences par décor, la liste artistique, la liste des silhouettes et figurants, le plan de travail et la feuille de service. Pour chacun de ces documents, des exemples sont intégrés afin de savoir à quoi ils ressemblent et les principaux enjeux et contraintes sont abordés. C’est une partie plus laborieuse mais nécessaire, car ces documents seront essentiels au quotidien de l’assistant réalisateur.

Comment devenir assistant réalisateur ?

En fin de livre, on retrouve diverses parties dont une consacrée aux différents moyens de se former au métier et notamment aux formations et écoles de cinéma, un exemple de la journée type de l’assistant réalisateur et un lexique.

Au final, c’est un livre vraiment plaisant à lire. L’auteur aborde son métier sans prise de tête, avec beaucoup d’humour et de nombreux croquis pour illustrer le propos.

Ce livre de 176 pages est vendu 15€. Commander le livre

Livre Faire son premier film de Frédéric Plas

faire son premier filmAujourd’hui, j’inaugure une nouvelle catégorie du site intitulée « Livres », dans laquelle je chroniquerais régulièrement des livres sur le cinéma. On commence avec le livre Faire son premier film de Frédéric Plas, publié aux Editions Dixit. Le livre revient pas à pas sur le processus de fabrication d’un film, du scénario à la sortie du film, sans oublier les étapes essentielles que sont la préparation, le montage et bien sur le tournage !

Faire son premier film, ça parle de quoi en fait ?

De la création d’un film bien sur, mais pas forcément sous tous les angles. Ici, il ne sera pas du tout question de techniques de réalisation. Si vous voulez en savoir plus sur l’Echelle des plans et les mouvements de caméra, mieux vaut rester sur ce site ou acheter un livre dédié à ces thèmes. Ce livre va plutôt aborder tout ce qui ne relève pas du travail du réalisateur, tout les « à-coté » de la création d’un film dont un réalisateur a besoin pour que « son » film voit le jour. Le descriptif du livre fait par l’éditeur résume bien la situation :

« Ce livre se présente comme un « guide vert » et s’adresse aussi bien à celui qui n’a jamais réalisé qu’au « routard » à la recherche d’informations spécialisées.
Il propose de suivre pas à pas la fabrication d’un film (de l’écriture du scénario jusqu’à la sortie en salle) en se plaçant du point de vue d’un réalisateur qui, à partir d’une idée, a pu convaincre un producteur de s’engager dans son aventure. Ce guide s’adresse à ceux qui veulent connaître précisément le processus de fabrication d’un film, et qui souhaitent découvrir les métiers du cinéma dans leur particularité et leur contexte. »

Au final, on découvre les différentes étapes de la création du film, mais pas forcément du point de vue du réalisateur. C’est surtout un excellent moyen de comprendre le métier de producteur ainsi que d’autres personnes concernées par la création d’un film comme la scripte ou l’assistant réalisateur. C’est aussi un très bon moyen de se procurer des exemples de séquencier, de contrats, de devis ou de feuilles de service. On voit étapes par étapes comme se déroulent la préparation et le tournage d’un film. peu de choses sont laissés de coté et le livre est vraiment exhaustif.

Faire son premier film, un livre pour qui ?

J’ai envie de dire pour tout le monde. Ce n’est pas un livre sur la réalisation, mais cela permettra au réalisateur débutant de comprendre les mécaniques du monde qu’il désire intégrer, et le travail des gens qu’il devra côtoyer. C’est également un livre intéressant pour une personne souhaitant se lancer dans la production puisqu’une grande part du livre est consacrée à ce métier. Enfin, cela permettra aux étudiants en cinéma, techniciens ou autres passionnés de cinéma de découvrir l’envers du décor d’un monde sujet à fantasmes.

Pour résumer, Faire son premier film est un livre parfait pour celui qui ne veut pas se retrouver idiot lorsqu’il met les pieds pour la première fois sur un plateau de tournage ou plus généralement dans le monde du cinéma. C’est une bonne introduction à un monde très complexe, avant de rentrer dans le détail

Acheter le livre Faire son premier film

En bonus, voici une petite interview de l’auteur du livre :