Echelle des plans au cinéma

Si un réalisateur n’est pas forcément obligé de savoir manipuler une caméra pour la mise en scène d’un film, cela ne veut pas pour autant dire qu’il n’a pas besoin de connaissances techniques, bien au contraire. Le réalisateur délègue la plupart des tâches, il est plus “manager” qu’exécutant, mais il se doit de savoir avec précisions ce qu’il demande aux membres de son équipes.

Parmi les notions essentielles qu’un metteur en scène se doit de connaître, il y a bien sur les plans et l’échelle des plans. C’est l’une des bases de la mise en scène. Sans cela, il ne peut indiquer précisément ce qu’il veut, et l’on ne peut pas se permettre d’avoir un niveau amateur. Le professionnalisme vient aussi du langage et du vocabulaire. Ainsi, le réalisateur pourra alors dire à son équipe s’il veut un plan large ou un plan moyen pour le tournage d’une séquence. L’équipe technique préparera alors l’ensemble des éléments en fonction des attentes du réalisateur. Sans cela, pas le moindre début de mise en scène.

Avec Devenir Réalisateur, notre but est de vous apporter toutes les clefs pour réussir à vous professionnaliser un maximum, et acquérir les bases pour devenir réalisateur. Ceci passe donc évidemment par l’apprentissage de notion, et ici nous nous concentrons sur l’échelle des plans. Mais avant toutes choses, qu’est-ce qu’un plan ?

Le plan est le morceau de film entre deux raccords. Avant d’être cela, il est surtout un choix du réalisateur lors du tournage, pour déterminer quelles informations visuelles et/ou psychologiques il souhaite donner aux spectateurs. L’échelle des plans fait partie de techniques de base que tout réalisateur doit connaître. Il est essentiel de savoir quelle grandeur donner aux personnages, aux objets et aux éléments du décor, quelle proportion accorder aux sujets par rapport au cadre, et surtout quel effet cela va créer. En effet, un plan est un choix, et tout choix de mise en scène doit créer quelque chose, avoir une signification.  Avant de s’intéresser aux mouvements de caméra, le réalisateur se doit de maitriser les différentes valeurs de cadre et l’échelle des plans.

L’échelle des plans

Au cinéma, le réalisateur détermine l'échelle de plans pour chaque plan du film

L’échelle des plans au cinéma

Il existe un très grand nombre de plans qui peuvent être regroupés en trois familles.

Les plans larges (Plan d’ensemble, plan général…) ont une vocation descriptive. Ils situent généralement l’environnement dans lequel se déroule l’intrigue. Ils permettent de donner des informations sur le lieu, mais aussi bien souvent sur le moment de la journée, le climat… Cela peut aussi servir par exemple pour signifier qu’un personnage est perdu, et mettre en avant l’immensité d’une menace. Il y a de nombreuse possibilité, dont le contexte va définir l’utilisation.

Les plans moyens (Plan américain, plan rapproché…) montrent l’action. Les personnages ou objets en mouvement (voitures) prennent l’ascendant sur le décor. On se focalise ici sur leurs actions au sein de l’espace, du lieu. Il s’agit de plan basique, les plus utilisé quand un personnage fait quelque chose.

Enfin, la dernière famille de plans regroupe ceux qui mettent en avant les personnages (Gros plan, très gros plan…). Le but est d’exposer aux spectateurs les réactions, les sentiments des personnages au cours de dialogues ou face aux événements de l’intrigue. On va se concentrer sur une expression qui va ressortir. C’est un plan qui a beaucoup de force évocatrice et qui n’est jamais utilisé sans raison.

On va aussi souvent entendre parler d’autre plan tel que les plans d’insert ou les plans séquence. Il s’agit ici de chose différente. Par exemple les premiers ne sont utiles que pour montrer un objet utilie à l’intrigue – chose que Nolan utilise très souvent par exemple. Le deuxième lui est plan continu sans coupe. En revanche, il n’y a pour aucun des deux une valeur d’échelle, car on peu filmer un insert en gros ou moyen plan, et un plan séquence va souvent être composé de différentes échelles. Il n’y a donc pas de rapport à la taille dans ces plans. Il est donc bien important de faire la différence entre le plan et l’échelle de plan. Le deux sont liés, mais ce ne son pas les mêmes choses

Afin d’aller plus loin que les quelques notions de base qui sont évoquées ici, nous avons fait un ensemble de fiches pour chacune des différentes échelles de plans. Nous avons décidé d’illustrer nos propos en nous intéressant plus particulièrement aux plans « basiques », ceux qui doivent absolument être maitrisé par quiconque souhaite passer derrière la caméra. Sachez que cette liste n’est pas exhaustive.

Vous retrouverez ainsi pour chacun des fiches une définitions du plan en question, accompagné d’une analyse de ce plan et des conseils quant à son utilisation. Le tout est illustré d’exemples variés qui sont commentés afin d’être le plus clair possible, et parfois même de paroles de cinéastes qui s’exprime dans un avis critique sur l’utilisation de ces plans.

Les différents plans au cinéma

–    Plan général
–    Plan d’ensemble
–    Plan moyen ou plan pied
–    Plan Américain
–    Plan rapproché Taille ou poitrine
–    Gros plan
–    Très gros plan

Aller plus loin

Si vous souhaitez approfondir encore plus vos connaissances au sujet de l’échelle des plans, développer votre savoir-faire et découvrir encore plus d’exemples de plans dans des films qui ont marqué l’histoire du cinéma, vous pouvez vous procurer plusieurs livres. Ces derniers sont très complets et recèlent d’informations utile à quiconque voulant se lancer dans le cinéma. Il en existe de nombreux, mais en voilà un sélection faite pas nos soin :  “Les plans au cinéma : les grands effets de cinéma que tout réalisateur doit connaître“, “Le plan, au commencement du cinéma“, “Réaliser ses films plan par plan” et “Mastershots : 100 techniques pour vos plans cinématographiques“.

Mots-clés: les valeurs de plan au cinéma, plan cinema, les plans au cinéma

14 CommentsLeave a comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *