Festival de Cannes : les réalisateurs en compétition

L’organisation du Festival international du Film de Cannes a annoncé, par l’intermédiaire de Thierry Frémaux et Pierre Lescure, les films en Compétition Officielle à Cannes 2018. Pour le moment, 18 films annoncés, même si d’autres vont certainement être ajoutés dans les jours qui viennent.

S’il y a 18 films en compétition pour remporter la Palme d’Or (le comité de sélection en a visionné 1906), cela veut aussi dire qu’il y a 18 cinéastes à l’origine de ces oeuvres. 15 hommes. 3 femmes. 11 nationalités. Aucun cinéaste ayant déjà remporté la Palme d’Or. Qui succèdera à Ruben Östlund, lauréat de la Palme d’Or en 2017 pour le film The Square ?

Penelope Cruz et Javier Bardem

Everybody knows – Film iranien d’Asghar Farhadi
Three Faces – film iranien de Jafar Panahi
En guerre – Film français de Stéphane Brizé
Plaire, aimer et courir vite – film français de Christophe Honoré
Les filles du soleil – film français d’Eva Husson
Le livre d’images
– film français de Jean Luc Godard
Dogman – film italien de Matteo Garrone
Lazzaro Felice – film italien d’Alice Rohrwacher
Netemo Sametemo – film japonais de Ryusuke Hamagushi
Shoplifters – film japonais de Hirozaku Kore Eda 
Ash is purest white – film chinois de Jia Zhang-Ke
Capharnaum – film libanais de Nadine Labaki
Burning – film coréen de Lee Chang Dong
BlacKkKlans Man – film américain de Spike Lee
Under the silver lake – film américain de David Robert Mitchell
Cold War – film polonais de Pawel Pawlikowski
Yomeddine – film égyptien d’A.B. Shawky
Leto (L’été) – film russe de Kirill Serebrennikov

Découvrez aussi toute la sélection du Festival de Cannes 2018

Les réalisateurs habitués du Festival

Si aucun des cinéastes en compétition cette année n’a déjà remporté une Palme d’Or lors d’un précédent passage sur la croisette, plusieurs d’entre eux sont des habitués et certains ont même déjà eu les honneurs du Palmarès.

C’est notamment le cas d’Asghar Farhadi, qui va présenter Everybody Knows en ouverture du Festival. Ses deux derniers films ont tous deux été sélectionnés en compétition officielle, respectivement en 2013 et 2016. Si le cinéaste n’est pas directement reparti avec un prix, la comédienne Bérénice Béjo avait remporté le prix d’interprétation pour Le passé. Le situation est un peu similaire pour Stéphane Brizé, puisque le comédien Vincent Lindon avait remporté le prix d’interprétation pour La loi du marché en 2015.

réalisateur JL Godard

Du haut de ses 87 ans, Jean Luc Godard est le “doyen” de cette compétition. Nommé à plusieurs reprises tout au long de sa carrière, il a remporté le prix du jury en 2014 pour Adieu au langage. Quatrième participation pour le cinéaste chinois Jia Zhang-Ke, qui avait remporté le prix du scénario en 2013 pour A touch of sin. Quatrième participation également pour le japonais Kore Eda, qui avait remporté le prix du jury avec Tel père, tel fils en 2013.

Pour Spike Lee, ce sera seulement la troisième participation. En début de carrière, il avait vu ses films Do the right thing et Jungle Fever sélectionnés sans remporter le moindre prix et n’avait plu était en compétition à Cannes depuis. Le réalisateur italien Matteo Garrone a eu plus de succès. En trois participations, il a remporté deux fois le Grand prix, pour Gomorra en 2008 et Reality en 2012.

Lee Chang Dong, ancien Ministre de la Culture de Corée du Sud et cinéaste réputé a déjà été sélectionné en Compétition à deux reprises au Festival de Cannes. Il a remporté le prix du scénario en 2010 pour Poetry.

Le cinéaste français Christopher Honoré n’avait eu l’honneur de la compétition qu’à une reprise, en 2007, pour Les chansons d’amour, nommé mais non primé. Agée de 36 ans, l’italienne Alice Rohrwacher est la plus jeune cinéaste de la compétition mais ce n’est pas sa première fois. Elle avait d’ailleurs remporté le Grand Prix pour sa seule participation en 2014, pour le film Les merveilles.

Les cinéastes sélectionnés pour la première fois

Habitué des grands festivals et plusieurs fois primé à Berlin, à Venise et même à Cannes en sélection parallèle, l’Iranien Jafar Panahi, pas certain d’être autorisé à quitter son pays par les autorités, est sélectionné pour la première fois en compétition officielle et pourrait vite se positionner comme l’un des favoris de cette année si son nouveau film est à la hauteur des précédents.

realisatrice eva husson

Parmi les “nouvelles têtes”, on peut aussi citer la réalisatrice française Eva Husson, dont c’est seulement le deuxième film. La libanaise Nadine Labaki avait été sélectionnée pour la compétition Un certain regard en 2011.

L’américain David Robert Mitchell avait fait sensation à Cannes en 2014 avec son deuxième long métrage, le film d’horreur It follows, mais c’était pour la semaine de la critique. Il s’agit donc bien de sa première sélection en compétition.

Première participation également pour Pawel Pawlikowski, . Le cinéaste polonais âgé de 60 ans a réalisé seulement quatre films au cours de sa carrière, qui semble avoir pris un nouveau tournant avec Ida, remarqué en 2014 et lauréat de plusieurs prix internationaux. Le japonais Ryusuke Hamagushi est également sélectionné pour la première fois. Agé de 39 ans, Il a débuté dans la publicité, avant de se faire remarquer avec Senses, oeuvre primée à Locarno en 2016.

Le russe Kirill Serebrennikov a fait un passage à Un certain regard en 2016 avec Le disciple. Enfin, l’outsider de la compétition cette année, celui que personne n’attendait, c’est l’Egyptien A.B. Shawky, dont Yomeddine est tout simplement le premier long métrage. Le film a d’ailleurs en partie été financé via le plateforme de Crowdfunding Kickstarter !

Si un ou deux réalisateurs pourraient rejoindre cette sélection sou peu, on peut déjà dire qu’elle est assez intrigante et audacieuse, avec 8 “nouveaux” sur 18. De quoi garantir, déjà, quelques surprises au Palmarès en mai prochain…

About author View all posts Author website

Christopher Guyon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *