La règle des 180 degrés

Les règles, surtout au cinéma, sont faites pour être transgressées. Après, il y en a qui sont quand même un peu plus importantes que d’autres pour reste cohérent et ne pas perturber le spectateur. Règle très basique du cinéma, les 180° ça se respecte !

La mise en scène au cinéma est régie souvent par quelques notions de base pour une bonne compréhension. Aujourd’hui on ne va pas parler de travelling, de plans séquence ou d’ellipses, mais d’une règle toute simple qui garantit la bonne compréhension des champs contre champs : la très fameuse règle des 180 degrés. Pas question de mise en scène, simplement de compréhension de l’action et du déroulé pour le spectateur. Il s’agit sans aucun doute d’une des notions les plus importantes, du b.a. BA, car elle permet de bien placer sa caméra et d’avoir une mise en scène cohérente. Plutôt simple à comprendre, cette règle est indispensable et fondamentale. On vous explique tout pour avoir une mise en scène propre lors de vos réalisations !

Définition – 180 degrés

Mais avant toute chose, tout le monde ne sait pas forcément ce qu’est un champ contre champ, et il faut déjà savoir ça pour comprendre la règle. Elle ne s’applique en effet qu’avec ce mécanisme. Il s’agit donc de quelque chose de tout simple : la plupart du temps, quand on film un dialogue entre deux personnages, on va filmer un personnage, puis l’autre. C’est ce passage de l’un à l’autre qui forme un champ contre champ. La règle des 180 degrés est donc utile pour le dialogue entre deux personnages – ou plus – ou quand ils se font face.

Que dit cette règle ? Lorsque l’on filme, il ne faut jamais franchir la ligne de regard entre deux personnages, afin de conserver la cohérence spatiale entre les plans.

Ainsi, plus concrètement qu’est-ce que cela signifie ? Mettons qu’il y ait deux personnes qui se parlent et qu’elles soient pile l’une en face de l’autre. Il faut alors tracer une ligne imaginaire les reliant, la ligne du regard. La ligne se déplace en même temps que les comédiens bougent, mais les extrémités doivent rester les mêmes.

Ainsi, pour garantir une cohérence et une compréhension, pour bien montrer que les deux sont en face, il faudra que la caméra ne dépasse jamais cet axe, cette ligne. Si la caméra est placée d’un côté pour le champ, il faudra qu’elle soit du même côté pour le contre champ. Autrement, l’illusion de face à face se perd. La ligne correspond donc à un mouvement caméra de maximum 180 degrés. On peut aussi dire que les personnages doivent tout le temps être filmés sous le même profil lors des scènes de dialogues. Autrement, cela donne l’impression que les deux personnages ne se regardent pas, ce qui brise l’illusion du dialogue. En respectant cette simple règle, le spectateur ne peut pas être perdu dans l’espace.

Ainsi, ce schéma simple explique et résume tout ce qui a été dit jusqu’ici.

Exemple de règle des 180 degrés brisée

Pour bien se rendre compte de l’importance de cette règle, un exemple de ligne brisé permet de très vite se rendre compte du problème que cela crée. Ici à partir des plans d’un court-métrage, nous allons illustrer cela.

Ici nous avons deux personnes qui se font face, dans ce qu’on appelle un plan Master.

Voilà ce que cela donne quand ils sont bien filmés, selon la règle des 180°.

Et voilà ce qui se passe quand l’homme est filmé en brisant la ligne. On n’a pas du tout l’impression que les deux personnages se font face, et les regards vont dans la même direction. Il est donc impossible pour le spectateur de retrouver une cohérence.

Ci-dessous, je vous propose un autre exemple qui respecte parfait la règle des 180°, un extrait de la comédie romantique hollywoodienne “Quand Harry rencontre Sally”. Dans cette séquence culte, les deux personnages interagissent et le montage s’appuie majoritaire sur des champs / contre champs.

La quasi-intégralité des films respectent cette règle simple. Pour autant, il arrive que de temps en temps elle soit trahie pour donner des effets de style. Par exemple en jouant avec le positionnement d’un personnage dans le plan, comme dans J’ai tué ma mère de Xavier Dolan, ou en filmant les personnages de face, comme Le Silence des Agneaux. Mais il se peut même que des cinéastes brisent totalement cette règle et décident de jouer avec. Sans la briser mais en jouant avec, Peter Jackson va filmer Gollum dans le seigneur des anneaux d’un côté et de l’autre de cette ligne du regard quand il se parle à lui-même. Attention cependant si vous commencez, n’allez pas tenter d’aller trop – ou même un peu – à l’encontre de cette règle. Il est difficile de l’outrepasser et que cela marche bien.

En conclusion, avant de vouloir faire des mouvements de caméra complexes, commencez par maitriser les bases, et avancer petit à peu, en gardant votre objectif de devenir réalisateur en ligne de mire.

About author View all posts

Vincent

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *