Le Storyboard : Conseils et exemples pour préparer votre film

Comment faire un storyboard 

La première des choses que nous avons pu dire et que cela ne nécessite pas forcément une qualité graphique exceptionnelle. Pour autant, il est possible de déléguer cette tâche, soit à quelqu’un qui a plus de compétences dans ce domaine que vous, soit à un véritable storyboarder. Ces derniers sont pour autant assez rares dans ce domaine.  

Ainsi, pour faire un storyboard, il n’y a pas de règles ou de codes précis avec certains impératifs clairs comme cela est le cas avec le découpage technique. C’est un document bien plus libre que les autres qui s’étalent lors de la préproduction. Il s’agit avant tout de donner sa vision de la mise en scène. C’est avant tout du dessin.  

Pour cela, il faut concevoir malgré tout un canevas, c’est-à-dire les planches à remplir avec les cases. Le nombre de cases dépend de ce que vous souhaitez, mais il peut être bon de laisser un peu d’espace entre elles pour faire des annotations techniques, sur la lumière ou les mouvements de caméra par exemple. Ajouter un espace de titre et/ou de numérotation est également une bonne idée.  

S’il fallait vraiment décrire le processus créatif de la conception d’un storyboard, se serait au travers de cinq étapes, qui tiennent vraiment plus du conseil que de la règle : 

  • Avant de le commencer concrètement, il faut poser par écrit ses idées. Cela va permettre de mieux les clarifier et d’avancer avec plus de certitudes.  
  • La création du canevas, qui est le squelette de votre storyboard.  
  • Commencez une première version du storyboard en complétant chaque case pour qu’elles se suivent et créent une action fluide.  
  • Ayez une vision globale de votre storyboard, et modifiez ce qu’il faut modifier. 
  • Ajoutez les compléments : décors, objets principaux… et complétez vos annotations.  

Il existe aussi la possibilité de le faire sous forme de photographie, qui permettra de visualiser le placement des acteurs et les valeurs de plans. Néanmoins, si la scène requiert beaucoup d’effets spéciaux, cela va être compliqué, et ce n’est donc pas la meilleure solution.  

Enfin, il existe différents logiciels permettant de faire son storyboard si jamais vous ne vous sentez vraiment pas capable de le faire à la main. En voici cinq qui sont très bon pour cela.  

  • Toon Boom storyboard pro :  l’un des plus connus et des meilleurs dans ce domaine, bien que plus spécialisé pour l’animation. Il est très complet, mais plutôt cher.  
  • Storyboard Fountain : doté d’une prise en main très intuitive, il a malgré tout une bibliothèque assez peu fournie, cependant il présente l’avantage d’être gratuit.  
  • Celtx : Hormis le manque d’une bibliothèque et de la possibilité de dessiner, c’est le logiciel parfait.  
  • Storyboard artist studio 5 : Sans doute le logiciel qui propose le plus de possibilités et de variation pour représenter votre vision. Il est également doté d’une très vague bibliothèque. Il est tout simplement excellent, mais l’excellence a un prix : 999$.  
  • Storyboard Generator : entièrement gratuit et en ligne, il est un peu lent et limité sur certains points, mais très efficace pour ce qu’il propose.  

Et bien maintenant, comme on dit, il n’y a plus qu’à ! Je ne cesse de le répéter, mais s’entraîner reste le meilleur moyen de se perfectionner, et de bien comprendre et apprendre les bases d’une technique. Mais avant cela, voyons tout de même quelques exemples de storyboard 

Pages : 1 2 3

About author View all posts

Vincent

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *