Devenir réalisateur de Documentaire

Vous voulez devenir réalisateur mais pas forcément pour de la fiction ? Ce qui vous branche c’est le documentaire ? Quelle formation ? Quels livres ? Quels débouchés ? Voilà les clefs pour réussir !

La réalisation ne s’arrête pas qu’à la fiction. Parfois, tout ce que certains veulent, c’est tenir une caméra et faire un documentaire. Parler d’un sujet qui vous touche, le partager au plus grand nombre, dénoncer, dévoiler ou simplement faire découvrir. Voilà ce que vous souhaitez réaliser. Plus qu’un film, c’est une situation que vous allez donner à voir. Pour autant, devenir réalisateur de documentaire ne s’improvise pas plus que de devenir réalisateur de clip ou de film de fiction. Comme chaque autre domaine, cela s’apprend.

Surtout, ce n’est pas du tout la même méthode que pour un film de fiction classique. Ici pas de grande équipe technique, et une mise en scène moins grandiloquente. Le documentaire c’est être au cœur, fournir le vrai. Il n’y a pas le temps d’installer une équipe de 15 techniciens ou même 5 avec des rails de traveling. La construction et la mise en place d’un documentaire changent aussi beaucoup, et il est bon de savoir comment en préparer un si jamais vous souhaitez le faire.

Cependant, un réalisateur de documentaire a malgré tout une connaissance technique de la prise de vue. Juste cela sera moins artistique. Mais en plus de cela, il va avoir un important travail de montage, ainsi qu’une écriture qui se fait souvent pendant la réalisation du documentaire lui-même à partir d’un sujet et d’un angle défini au préalable.

Les formations possibles

Pour acquérir une connaissance technique de la caméra et du cinéma, souvent faire un BTS ou une licence pro reste une bonne option. Les grandes écoles de cinéma, gratuites ou payantes, ne permettent pas une spécialisation documentaire* mais elles restent un moyen de développer son univers et ses connaissances. Avec le documentaire, on ne cherche pas à devenir Spielberg mais à filmer l’humain. Simplement connaitre les bases de la technique grâce à ces formations, cela est possible.

Par la suite il est très recommandé de suivre une formation spécialisée dans le documentaire afin de mieux connaitre la chose. Comme on l’a dit, ceci est un métier à part entière, cela ne s’invente pas. Ainsi, il existe de nombreux masters qui permettent de faire ce métier.

tournage de documentaire

On retrouve ainsi notamment :

  • Réalisation de documentaire et valorisation des archives Bordeaux III
  • Image et Société Évry Val d’Essonne
  • Documentaire de création, option Réalisation UGA
  • Documentaire : écritures des mondes contemporains Paris VII
  • Cinéma et audiovisuel : réalisation et création Paris VIII
  • Réalisation de documentaire animalier Poitiers
  • Ecriture et Réalisation Documentaire Poitiers
  • Arts du spectacle – Création documentaire Strasbourg II

Cette lise n’est pas exhaustive, il existe d’autres formations pour devenir réalisateur de documentaire.

Avant de vous lancer dans des études spécialisées dans le documentaire, je vous encourage vivement à lire un ou plusieurs livres sur le sujet, afin de vérifier votre appétence pour ce format.

* Deux exceptions aux cas des grandes écoles : Le FEMIS et l’ENSAD proposent une formation dédiée aux documentaires.

Conseil pour faire un documentaire

Beaucoup ont tendance à croire qu’un documentaire se tourne sur le vif, mais ce n’est pas le cas. Il y a un long travail préalable. En effet, réaliser un documentaire c’est bien, le financer et le diffuser c’est mieux. Sauf que comme cela ne tombe pas du ciel, il faut réussir à les convaincre grâce à un dossier comprenant entre autres choses un scénario.

Il y a ainsi un long travail de préparation qui se fait en amont, plus ou moins important cependant en fonction du sujet du documentaire. Il faut ainsi rencontrer au préalable les personnes que l’on va interviewer par exemple, ou se renseigner sur le sujet.

Ce travail de préparation c’est aussi un travail de choix. Un choix des lieux, des personnes, des situations. Cela vaut particulièrement pour les documentaires sur un thème de type historique, ou enquête par exemple. Cela ne va pas forcément être autant le cas avec un documentaire suivant un groupe de personnes au quotidien. Par exemple, le documentaire Sugarland a dû avoir une phase de préparation importante, de même que la série documentaire Making a Murderer. Ce n’est pas autant le cas avec le documentaire Les Yeux dans les Bleus en revanche. Les premiers ont une vraie dramaturgie préétablie, qui ne dépend pas des évènements. Il va y avoir presque une structure en trois actes.

Par la suite, lors du tournage, c’est le réalisateur qui prend lui-même les prises de vue, surtout sur les documentaires intimistes. Il va se détacher du scénario pour garder de la fraicheur, mais en respecter les grandes lignes malgré tout.

Le montage va souvent être l’étape la plus importante et la plus lourde sur un documentaire, avec un volume de rushs souvent plus important que pour un long métrage de fiction. Vu qu’il y a beaucoup de rushs et de plans imprévus, il y a donc beaucoup de matières et il faut faire des choix importants. C’est généralement là que l’écriture finale du documentaire se fait. Ce que l’on veut transmettre va passer par le montage et les moments choisis. C’est le montage qui donne de la cohérence au documentaire.

Surtout, n’oubliez pas qu’avec un bon sujet c’est bien, mais un angle pour l’exploiter c’est mieux. Une préparation adéquate est donc importante. N’oubliez pas non plus que des émotions doivent transparaitre de vos documentaires, car le réel reste toujours plus fort que la fiction, et sans émotions il n’y a pas de souvenir. Alors autant se souvenir de ce que vous allez faire non ?

About author View all posts

Vincent

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *