Janvier 2019 : post-production, bureau des auteurs et courts métrages

Le mois de janvier est passé à une vitesse complètement folle. Alors, soyons honnêtes, je n’ai pas passé autant de temps à travailler que je le souhaitais, il s’agit clairement d’un mois de reprise. Et pourtant, quand on regarde le bilan ci-dessous, on se rend compte que beaucoup de choses se sont quand même passées. Et puis les choses vont clairement s’accélérer en février, mais cet article n’a pas été imaginé pour parler de ce que je vais faire demain.

En effet, comme je vous l’avais annoncée lors de mon article bilan de l’année 2018, je souhaite, dans la mesure du possible, vous proposer un rendez-vous mensuel sur le suivi de mes projets cinéma et sur mon actualité de cinéphile.

L’audiovisuel à Nantes

Depuis maintenant 2 ans, je me déplace régulièrement sur Nantes pour y donner des cours de cinéma. Début 2018, j’ai pris une décision importante : après de nombreuses années de nomadisme, principalement pour mon blog voyage et tour du monde, j’ai fait le choix de m’installer à Nantes. J’ai passé deux mois sur place au printemps pour vérifier si la ville me convenait, et je me suis installé pour de bon début novembre.

Première bonne nouvelle : Le secteur audiovisuel est bien plus animé que je le pensais ! Alors ok, il s’agit surtout d’Institutionnel et à un degré moindre, de documentaire. Avec mes projets de fiction, je ne vais pas forcément trouver de nombreuses opportunités, mais elles existent !

J’ai notamment découvert deux belles structures associatives auxquelles j’ai adhéré :

A l’occasion d’une demi-journée de pitchs de projets pour la première, et d’une réunion d’informations pour la deuxième, j’ai déjà eu l’occasion de rencontrer et d’échanger avec pas mal d’auteurs et de techniciens basés sur Nantes. Cela fait à peine deux mois que je suis ici, et je connais déjà plus de monde dans l’audiovisuel que sur Paris. C’est quand même assez improbable, et c’est la vérité !

Manque de bol, j’ai raté la journée professionnelle du Festival Premiers Plans d’Angers. La ville est située à proximité de Nantes et elle met à l’honneur des premiers courts et longs métrages. Un raté de ma part qu’il ne faudra clairement pas reproduire l’année prochaine !

festival de courts metrages

Les articles sur Devenir-realisateur.com

J’ai été assez actif sur le site le mois dernier, avec pas moins de 7 publications :

court metrage entrevue

Entrevue – Post-production

Pour ce mois de janvier, j’avais pour objectif de boucler la post-production de mon dernier court métrage, Entrevue. Pour rappel, il s’agit d’un film auto-produit dont le tournage a eu lieu au mois de novembre dernier. J’ai enchainé avec le montage en décembre.

En janvier, il me restait donc les étapes suivantes de la post-production :

  • Mixage Audio
  • Création de sous-titres
  • Etalonnage

Les deux premiers points ont été bouclés. En revanche, même s’il a bien avancé, l’étalonnage n’est pas encore finalisé. Je pense, et j’espère que ce ne sera qu’une question de jours. Une fois que ce sera bouclé, je pourrais créer les fichiers vidéos nécessaires aux inscriptions en festival.

Avant de passer à la suite, je vais vous raconter une anecdote qui illustre bien la témérité dont il faut faire preuve pour mener à bout un projet de film auto-produit. Beaucoup de gens aimeraient réaliser des films, mais peu se donnent vraiment les moyens de le faire. Mi-janvier, après la réunion de l’Opcal, je devais retrouver le mixeur audio du film dans son studio pour avancer sur le travail. Et c’est en périphérie de Nantes que cela devait se passer ! Pas le chois, afin d’avoir le mixage de mon film, je devais faire 30 minutes de vélo sous la pluie, de nuit… Une aventure qui montre que lorsque l’on veut faire un film auto-produit, il faut savoir se bouger, faire des efforts et même affronter les conditions météorologiques !

Un si beau mal – En cours d’écriture

En janvier, j’ai également poursuivi l’écriture du projet Un si beau mal, un scénario de court métrage dont j’ai écrit la première version en octobre. J’ai fait quelques ajustements et j’ai eu les retours de plusieurs lecteurs, d’abord dans le cadre du Bureau des Auteurs de la Plateforme à Nantes, puis via le forfait d’accompagnement personnalisé de la Maison du Film.

Je vais m’atteler à rédiger une nouvelle version ce mois-ci, et si il y a encore beaucoup d’ajustements, j’ai aussi le sentiment que je me rapproche de quelques chose d’abouti. C’est, dans tous les cas, la première fois que j’ai autant de retours de professionnels sur un de mes projets, et je n’avais jamais fait autant de réécritures. Espérons que cela porte ses fruits !

Et comme spectateur

Enfin, j’ai regardé pas mal de films et de séries ce mois-ci. Comme je vous l’ai dit, j’ai parfois eu du mal à me motiver à bosser, j’ai donc passé pas mal de temps devant divers écrans. Vous trouverez ci-dessous une liste exhaustive, mais je vais commencer par vous présenter mon coup de coeur du mois. Il ne s’agit pas que d’une seule oeuvre, mais d’un auteur, Jim Cummings !

thunder road blu raySon premier long métrage, Thunder Road, Grand Prix du dernier Festival de Cinéma Américain de Deauville se trouvait dans pas mal de Top 10 des films 2018 que j’ai pu consulter sur Internet. J’ai eu l’opportunité de le voir en blu-ray et c’est une petite perle.

Le film démarre avec un plan séquence absolument génial. La mise en scène est plutôt simple, mais parfaitement maitrisée, et le concept est fort. Surtout, la performance de Jim Cummings, dans cette séquence et de nouveau à plusieurs reprises dans le film, est absolument remarquable.

Thunder Road raconte l’histoire de Jimmy Arnaud, un policier texan qui essaie tant bien que mal d’élever sa fille et de faire face au deuil, à la mort de sa mère. C’est une satire de l’Amérique qui alterne entre moments d’humour et séquences plus dramatiques.

Le travail de Jim Cummings est d’autant plus bluffant qu’il est aussi scénariste, réalisateur, acteur principal mais aussi compositeur sur son film. Pour ceux qui voudraient un aperçu vraiment intéressant de son univers, la plupart de ses courts métrages sont disponibles sur sa chaine Vimeo.

On retrouve notamment sur cette chaine le court métrage Thunder Road, Grand Prix à Sundance en 2016 et qui lui a inspiré le long métrage. Parmi ceux que j’ai regardé, un coup de coeur, The robbery, que je vous partage ci-dessous. Si vous voulez le découvrir en VOST, il est également disponible sur le blu-ray évoqué plus haut.

The Robbery from Jim Cummings on Vimeo.

Voici enfin, la liste des films que j’ai vu en janvier, par ordre chronologique et non pas de préférence.

L’homme fidèle
La strada
Creed 2
Cris et chuchotements
Halloween 2018
Glass
Girl
Doubles vies
Thunder road
mile 22
A star is born
Polar
Close
L’heure de la sortie

Côté séries, j’ai été plus actif que d’habitude.

Black Mirror Bandersnatch
La fabuleuse Madame Maisel saisons 1 et 2
Ad vitam
Sex Education saison 1

Si je devais ne vous recommander que l’une d’entre elles, et même si j’ai adoré Sex Education, ce serait la saison 1 de Mme Maisel, parfaite petite comédie dramatique pleine d’énergie, extrêmement drôle et bien réalisée.

Enfin, je m’éloigne un peu plus du cinéma pour vous parler jeux vidéo : j’ai testé le jeu Detroit : Become human. Dans ce jeu, vous incarnez trois androïdes en quête d’identité dans un futur qui leur impose d’être les esclaves des hommes. Un thème abordé à de multiples reprises au cinéma mais porté intelligemment sur le format jeu-vidéo, avec la possibilité de faire de nombreux choix qui auront des conséquences très importantes sur le déroulement de l’aventure et la fin du jeu. Un belle réussite qui donne envie de s’y replonger dans quelques mois.

Bref, je vous raconte un peu trop ma vie là… Mais en même temps, c’est un peu ce que je vous avais promis avec cet article. Normalement, je vous donne rendez-vous le mois prochain pour faire le point sur mon actualité. Et d’ici là, vous trouverez de nouveaux articles sur le site, et notamment un debrief de mon passage au Festival de Clermont 2019 dans quelques jours.

About author View all posts Author website

Christopher Guyon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *