Construire un arc narratif : théories et exemples

Derrière chaque bonne série, chaque film ou même un roman, une pièce de théâtre, se trouve un arc narratif (ou arche narrative) pensé en amont, structuré et cohérent.

Avant de rédiger votre scénario ou continuité dialoguée, je vous recommande vivement de vous penchez sur la question des arcs pour avoir plus de visibilité sur l’histoire que vous souhaitez raconter, mais aussi et surtout ou celle-ci mène les personnages… et les spectateurs !

Sommaire

  • Qu’est ce qu’un arc narratif ?
  • Les différences avec un arc de personnage
  • Comment construire un arc ?
  • Exemples d’arcs
  • Conseils d’experts

Qu’est-ce qu’un arc narratif ?

L’arc narratif, également appelé «arche narrative» ou «arc dramatique» (à ne pas confondre avec arc transformationnel) , est un terme d’abord utilisé en littérature, pour désigner le chemin suivi par une histoire. Il s’agit d’une colonne vertébrale qui offre une vision globale de l’intrigue, avec un début, un milieu et une fin clairement identifiés.

Le concept d’arc narratif tel que nous le connaissons aujourd’hui a été créé par Gustav Freytag, un romancier et dramaturge allemand qui a analysé de près l’écriture grecque ancienne, ainsi que les pièces en cinq actes de William Shakespeare. Comme le terme le suggère, lorsqu’il est tracé sur du papier, un arc narratif typique prend la forme d’un arc, d’une colline ou d’une pyramide.

arch narrative scénario

5 éléments classiques d’un arc narratif

Un arc narratif traditionnel comprend généralement cinq éléments, que l’on retrouve théoriquement dans l’ordre suivant :

Exposition : Ceci est l’introduction du lecteur à l’histoire et aux personnages. L’exposition offre des informations de base pour préparer le public pour le reste de l’histoire, y compris la présentation du ou des personnages principaux (le «qui»), le décor (le «où») et les circonstances ou la période de temps (le «quand») .

Arrive alors l’élément déclencheur (complication dans le schéma ci-dessus) : Il s’agit d’un évènement, d’une situation, une découverte, une action, qui vont permettre de lancer l’intrigue à proprement parler.

L’histoire se poursuit avec le développement : L’action est en hausse et le conflit s’intensifie. C’est à ce moment que le public commence à voir de quoi parle réellement votre histoire. Les personnages vont être confrontés à plusieurs situations et conflits (externes et/ou internes) qu’ils vont tenter de résoudre jusqu’au…

Climax : Il s’agit du point de tension le plus élevé de votre scénario, et souvent du point de convergence de tous les différentes intrigues. En règle générale, cette étape exige que le personnage principal affronte la vérité ou fasse un choix important. Dans d’autres cas, cela peut être un échec, qui se produit souvent à la suite de la décision du protagoniste. Et pour conclure…

La résolution : Aussi connu sous le nom de dénouement, c’est le conclusion de votre histoire. La résolution d’un arc narratif n’est pas toujours “satisfaisante”, mais elle ferme la boucle et montre comment les événements de l’histoire ont changé les personnages et le monde qui les entoure.

Quelle est la différence entre l’arc narratif et l’intrigue?

L’intrigue fait référence aux événements individuels qui composent votre histoire. En d’autres termes, l’intrigue est ce qui se passe. L’arc narratif fait plutôt référence au chemin, aux évolutions, et à la façon dont cette série d’événements crée une progression qui maintiennent le spectateur engagé à chaque étape de l’histoire.

Une intrigue forte est centrée sur un moment – une interruption d’un motif, un tournant ou une action – qui soulève une question dramatique à laquelle il faut répondre tout au long de l’histoire. Chaque élément de l’intrigue existe pour répondre à cette question.

Quel type de question dramatique ?

La nature de la question dramatique nous informe sur le type d’intrigue. Les personnages sont-ils menacés par quelque chose d’extérieur ou interne ? Quel est le genre du film ou de la série ?

On peut évidemment citer la tragédie, la comédie, la quête ou voyage initiatique, l’ascension “sociale”, la renaissance, la lutte du bien contre le mal…

Quelle est la différence entre un arc narratif et un arc de personnage?

Si un arc narratif est le chemin de l’histoire globale, un arc de personnage est le chemin emprunté par un personnage spécifique au cours de cette histoire (voir pour cela l’article Comment créer de bons personnages). L’arc de l’histoire est externe et arrive à tous les personnages, tandis qu’un arc de personnage est interne et arrive à un seul personnage.

Un arc de personnage implique généralement un personnage surmontant un obstacle et changeant sa façon de voir le monde. Lorsque l’arc narratif commence sa descente le long de la pyramide des évènements, l’arc du personnage avance parfois en arrière plan, pour mieux ressortir le moment venu. C’est quand un personnage connaît un tournant en demandant de l’aide, en apprenant une nouvelle compétence, en faisant un choix critique…

Comment créer un arc narratif facilement ?

Voici quelques conseils d’écriture pour construire un arc narratif dans votre style à vous :

Choisissez un arc narratif archétypal. Pensez à l’histoire que vous voulez raconter. Le personnage principal surmonte-t-il un obstacle ? Vous n’avez pas à suivre un seul exemple à la lettre, mais partir d’un arc narratif type vous sera d’une grande aide pour livrer une histoire efficace et appréciée. Identifiez aussi votre début (exposition), votre milieu (développement) et votre fin (épilogue).

Créez un diagramme visuel de l’arc narratif que vous avez choisi, puis ajoutez les événements de votre histoire le long de cet arc (voir, encore une fois, le schéma plus haut). Un aperçu rapide de votre intrigue sur une page permet d’identifier plus facilement les problèmes et de combler les lacunes de votre histoire. Par exemple, si vous avez un grand nombre d’événements regroupés dans votre exposition, vous voudrez peut-être en supprimer certains ou les déplacer. Il n’y a bien sûr pas de règle stricte. Donnez-vous la liberté d’être flexible et de voir où va votre histoire unique. La prochaine fois que vous vous asseyez pour écrire, pensez à dessiner un arc narratif rapide. Il s’agit d’un outil utile qui peut vous aider à rester sur la bonne voie si vous n’êtes jamais sûr de la suite de votre histoire.

Exemples d’arcs narratifs

Voici quelques conseils et exemples pour illustrer le propos de cet article avec le point de vue d’experts.

Les conseils de Kurt Vonnegut

Tout au long de sa carrière artistique, l’auteur Kurt Vonnegut a apporté un grand nombre de contributions à l’art de la narration. En tant qu’étudiant à l’Université de Chicago, Vonnegut a rédigé sa thèse en anthropologie sur la notion suivante : « les histoires ont des formes qui peuvent être dessinées sur du papier millimétré, et la forme des histoires d’une société donnée en révèle beaucoup sur celle-ci “

Essentiellement, ce que son étude révèle, c’est que chaque histoire a une certaine forme. De nombreuses histoires, en fait, partagent la même forme. Ces formes peuvent être trouvées en retraçant les hauts et les bas du voyage du protagoniste – ou «l’arc émotionnel» de l’histoire.

Robert de niro dans taxi driver

L’exemple de Fleabag

Fleabag est une série détonnante, l’une des meilleures de 2019, grâve à l’autrice / actrice star Phoebe Waller-Bridge qui a su ré-inventer les limites de la narration créative au cours des deux saisons de la série. C’est un travail absolument magistral que je ne peux que vous recommander. Fleabag est un monde vu à travers les yeux du personnage principal. L’histoire est vécue à travers son point de vue subjectif. C’est sa voix et ses expériences qui donnent au spectacle humour et émotion. Et même si elle n’est pas parfaite, le public est immédiatement de son côté car nous sommes complices, témoins de son parcours.

Et en même temps, le personnage, nous le comprenons assez vite, nous cache des choses dans la première saison. Elle a des flashs sur des moments traumatisants, mais elle les enfouit profondément, ne nous montrant la vérité que lorsqu’elle doit faire face à son passé. C’est une excellente méthode de narration pour interroger et accrocher le public.

L’une des techniques de narration qui distingue Fleabag dès sa première séquence est la capacité du personnage principal à communiquer directement avec le public, à “casser le mur”, comme Deadpool et bien d’autres avant. Ce n’est pas une nouvelle astuce cinématographique. C’est un moyen classique de transmettre des informations et de rendre une histoire accessible. Mais si vous voulez aussi l’utiliser, vous feriez mieux de savoir pourquoi exactement vous le faites.

Au-delà d’être hilarante et souvent surprenante, cette méthode sert à amener le public dans l’histoire, presque en tant que personnage séparé. Dans le cas de Fleabag, cela pourrait vous faire vous demander: “Pourquoi nous dit-elle ces choses ? Attend-elle notre approbation ?

L’essai vidéo jette un regard sur la structure de l’histoire en ce qui concerne ce spectacle. Fleabag est une série sérialisée. Cela signifie qu’une histoire majeure se déroule au cours d’une saison (voir l’article Ecrire une série). En tant que tel, Fleabag a une structure qui suit un arc d’histoire traditionnel.

Toutefois, chaque épisode contient également son propre mini-arc. Chaque épisode a un début, un milieu et une fin. Pour une analyse plus poussée sur Fleabag (en VO par contre), je vous conseille l’excellente vidéo ci-dessous.

About author View all posts Author website

Christopher Guyon

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *